echange de lien $(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

ROUTE COUPEE PAR LES CITOYENS DE BOUAKREZ

 

route coupée par les citoyens de BOUAKREZ

La RN9 est devenue un incontestable moyen pour revendiquer ses droits puisque durant la semaine écoulée, elle a été la scène de plusieurs blocages.

 

Mercredi, cet axe routier a fait objet d’un blocage durant toute la journée par les habitants du village de Bouaâkraz dans la localité de Souk El Tenine au lieudit Safsaf. En effet, après Tichy, Souk El Tenine et Kherrata c’était le tour des habitants du village de Bouaâkraz, situé à quelque deux kilomètres de la ville de Souk El Tenine, de procéder au blocage de cet axe routier très fréquenté.

Selon ces contestataires, plusieurs écrits ont été adressés vainement aux autorités locales et même à la Direction de transport. Et comme  leur doléance n’a pas trouvé d’oreille attentive, ils ont investi la RN9 pour contester les hausses des prix de transport. De leur village, Bouaâkraz, à la ville de Souk El Tenine, il y a à peine 2 km, et les tarifs ont augmenté ces derniers temps de 10 à 15 Da. «C’est vraiment tout près et les transporteurs osent augmenter les tarifs.

Certains transporteurs grillent notre arrêt, même si on leur fait signe de s’arrêter, tandis que d’autres font descendre nos enfants de leurs bus puisqu’ils ont décidé de ne plus s’arrêter au niveau de notre village», ont déclaré les protestataires rencontrés sur les lieux. Ces derniers réclament la baisse du prix de transport pour payer 10 Da, comme avant, et de s’arrêter au niveau de l’arrêt de cette localité.

Durant la même journée, ce même axe routier a été bloqué à la circulation dans deux endroits différents, El Maghra et N°10, pénalisant ainsi tous les usagers de ce tronçon très sollicité. Les voyageurs ont été contraints de se déplacer à pied sur une distance de plusieurs kilomètres ou de faire appel à certains endroits aux services de quelques fraudeurs qui assuraient les liaisons entre les points de blocage.

Les habitants du village Bouaâkraz disent n’avoir reçu aucune réponse à leur revendication, et si les autorités concernées ne réagissent pas en vue de trouver une issue à leur revendication, ils fixent un ultimatum de quelques jours et regagneront la rue demain dimanche.

 

Reda Senoune

Nov 2011

DEPECHE DE KABYLIE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site