echange de lien $(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

dahmane el harrachi (le sens des chansons)

 

Les chansons

les plus connues sont: "El Farradjia" (connu aussi sous le nom de "Ya Krim")

et la connue en Algérie sous le nom "El meknassia" appelée au Maroc, "dar sidi Qadour",

un chef d'œuvre impérissable du melhoun.

 

Déjà enfant, il se plaisait à jouer avec virtuosité au banjo. Son doigté musical suscita l'admiration de ses aînés.

 

Adolescent, il exerce divers métiers dont la cordonnerie et pendant sept ans, celui de receveur de tramway.

C'est au cours de cette période qu'il entame ses débuts musicaux, intégrant une troupe d'amateurs qui tourne dans toute l'Algérie.

 Il a donné au banjo et au mandole une harmonie, un phrasé, des accentuations propres à lui et qui le distinguent des autres.

 

Sa voix rocailleuse est chantée avec justesse se prête très bien à son répertoire brossant les thèmes de la

nostalgie du pays dans la diaspora, les souffrances de l’exil, l’amour de la patrie et la passion pour sa ville natale.

 

Dahmane El Harrachi émigre en 1949 en France qui lui inspire un grand nombre de ses chansons nostalgiques de son répertoire comme

 Bahdja beidha mat’houl (ce qui signifie en Français :

Bahdjja la blanche qui ne se fâne jamais). 

Il a enregistré son premier 45 tours, intitulé - Bahdja Beida ma t'houl – en 1956 chez Pathé Marconi et 

la sortie de sa chanson Kifache nensa bilad el khir (comment pourrai-je oublier le pays de l'abondance)

a coincidé avec l'élaboration de la plate-forme de la Soummam. A cette époque cruciale de la colonisation,

il n'était pas aisé de composer une oeuvre de cette envergure.

 

Dahmane el Harrachi s'est très vite forgé son propre style et du coup, modernisé le chaâbi algérois.

Sa voix rocailleuse savait accrocher et émouvoir l'âme du public. C'est aussi grâce à ses paroles sans ambages et

sa musique mélodieuse que ses chansons ont conquis les coeurs. C'est l'un des plus grands interprètes de chanson sociale au monde.

Il y a chez lui, l'absence de cette propension hypocrite à prétendre puiser dans le "trésor des ancêtres ",

celui des vieux poètes maghrébins.

Il a été découvert sur le tard par la nouvelle génération,

El-Harachi a eu droit à sa première grande scène lors du Festival de la Musique maghrébine

qu'il s'est tenu à la fin des années 70 à la Villette.

Quelques mois avant sa mort accidentelle,

la télévision algérienne lui avait consacré un film intituléSaha Dahmane, réalisé par Salim Benkadi,

qui le révèle davantage au public. A travers cette production qui

retrace les pérégrinations d’un émigré venu passer des vacances au bled pour y retrouver ses amis et les siens. 

Il décède le 31 août 1980, dans un tragique accident de la route, laissant près de trois cents chansons qui ne sont pas enregistrées.

 

 

 

Kamel El Harrachi

 a repris le nom de son père afin de perpétuer sa mémoire en 1991.

Les observateurs disent que la ressemblance est troublante, mise à part peut-être la voix, plus douce chez le fils

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site