echange de lien $(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

nora ath brahim : interview

 

Nora at brahim

Notre chanteuse a été longuement ovationnée et a eu le droit a un défilé magistral lors du concert baptisé "Les routes de l’olivier", abrité récemment par le grand auditorium de l’UNESCO à PARIS.

 

Des fins fonds de la Kabylie profonde jusqu’aux plus hautes représentations mondiales Nora At Brahim a su flamboyer les couleurs des imazighen sur l’arène internationale. En chantant haut et fort les valeurs millénaires et les merveilles que renferme la Kabylie Nora ne déroge pas au combat de la Kahina. A la fois par sa grâce et par son charisme d’artiste et de poétesse frondeuse, les fresques présentées par notre chanteuse ont été longuement ovationnées et ont eu le droit a un défilé magistral lors du concert baptisé "les routes de l’olivier", abrité récemment par le grand auditorium de l’UNESCO à PARIS.

Avec sa voix raisonnante et authentique notre poétesse a suscité beaucoup d’émerveillement auprès d’un public non-berbérophone, mais qui a tant aimé ses chansons suivies simultanément de belles traductions. En sociologue connaissant de très près sa société, Nora At Brahim promet de sortir un nouveau produit où la poésie concrétise un joyeux mariage avec les authentiques rythmes de la Kabylie.

Kabyle.com : Nora At Brahim a une réputation de messagère de la Kahina et de la femme berbérophone êtes-vous contente de cette consécration ?

Nara At Brahim : (sourire !!) C’est une lourde tâche. Et puisque ça vient du public, je ne peux rien rajouter peut être c’est le message du cœur tout simplement ! Je pense que ce que l’on clame du fond de ses tripes rencontre souvent de la joie et de la réceptivité auprès de ses interlocuteurs.

Kabyle.com : Vous faites un retour tonitruant dans la chanson et avec beaucoup d’innovation dans les rythmes et la chorégraphie ?

Nora At Brahim : Je n’appelle pas ça un retour, c’est plutôt une continuité, mais j’ai toujours essayé d’être différente. Chacun de mes produits a une identité particulière et le prochain le sera certainement car il comporte beaucoup de nouveautés dans le style et dans les sujets abordés.

Kabyle.com : Vous étiez la vedette la plus applaudie lors de la soirée du 31 octobre dernier célébrant l’olivier comme élément civilisationnel en méditerranée. Votre passage a, non seulement fait vibrer la salle, mais a également impressionné un public qui a été émerveillé par vos traductions et vos qualités poétiques ?

Nora At Brahim : Le spectacle en lui-même est une sorte d’hommage aux régions et aux peuples produisant de l’huile d’olive. J’ai été sollicitée en tant qu’algérienne kabyle et cela constitue pour moi une réelle évolution de l’impact culturel kabyle notamment en Europe. Ça prouve aussi que d’autres nations nous connaissent et nous reconnaissent en tant que tel. Quant à moi je suis à la fois flattée et réjouie d’être choisie comme artiste et comme porte-parole de ma communauté.

 

Pour cette soirée j’ai concocté une belle palette de chansons qui nous font rappeler la joie des cueillettes et l’attachement des villageois à la solidarité corollaire de leur vie paysanne. Les chansons : « aquidoune » une maison en toile, « tiwizi » cueillettes des olives, « ur zhigh ur frihegh » la mal mariée, « Kahina », reine berbère qui s’est battu pour la paix, « l’ferh assâdi » vœux de bonheur, « siwel as ay afrux » l’oiseau messager et « zzahr is d sa » la chance en hommage à Hanifa une chanteuse qui soulage les cœurs malheureux dans le style d’Edith Piaf qui elle aussi a des origines berbères. J’ai sciemment impliqué des jeunes professionnels dans la danse chorégraphique de l’association Amazigh de Saint-Denis et le jeune danseur Ouahab ainsi que comme choristes Aldjia et Fatima. Je suis flattée du formidable travail qui a été fait et de l’adhésion spontanée du public présent. Pour ce qui est des traductions de mes textes chantés, je voulais habituer le public non-berbérophone à apprécier nos chants et poèmes. Je vous livre un petit secret, c’est que très jeune j’écrivais mes premiers poèmes en français parce que je me sentais libre avec cette langue mais je pensais évidemment en kabyle. En prenant l’habitude de naviguer entre les deux mondes francophones et berbérophone j’ai du me livrer à un long travail de traduction des mes poèmes écrits en kabyle tout en essayant de rester la plus fidèle possible au sens du texte. D’ailleurs l’un de mes projets en ce moment se focalise sur l’Edition d’un recueil de poèmes et de textes que j’ai chantés comportant des traductions très originales, vu l’effort fourni pour rester fidèle aux deux pensées - francophone et berbérophone - « NDLR ». En fait, il advient à mon sens à nous « tous » les chanteurs qui vivent dans l’exil de passer le message celui de sortir la chanson de son carcan folklorique au podium de l’universalité.

Kabyle.com : A la méthode de Nora At Brahim pourriez vous nous réciter le poème sublime dédié à la reine berbère Kahina ?

Nora At Brahim : « Nighas » je dis dans ce poême : « Ad nessekfel izuran ma yella kra yellan timitelt am Kahina - at ncud anda ulwan xas llan wid ye&ban at n id nehyu nukwni assa - at juhed gwedrar luris tecca aqarru yis &ef tlelli ay ts id evda -negul adner tsaris fe craâ n tmurtis gef temdeltis ay nestenya - lukan nek timitelt is ma&uzif lââmris wellah ur nahdir it lufa - el qanun heggan i yess is tsun lxir is yif idelli walla assa - nek, kem, nekwenti iwudmis adner tsar is mebla cwal mbla l girra - taxabit yebna yeblis at hud felsas is fehmet awid yellan da » Par nos cris les terres s’ouvrent si on cherche, on trouve les racines de Kahina - De leur germes nous ferons bouture car le présent fait le futur nous l’interpellerons jusqu’à l’au-delà - Elle s’est battu du haut des Aurès, de toute son âme et sa noblesse, son mot d’ordre : la Liberté - Nous ses filles nous n’y dérogerons, sur sa tombe avions prêté serment pour rétablir un monde de paix - Si moi j’étais de son ère ou si elle avait vécu le millénaire, nous aurions été soldats pour défendre ses filles meurtries, rétablir l’égalité sur la terre de Jugurta - Moi, toi, nous toutes en sa mémoire nous divulguerons son histoire, sans trêve sans nul répit - Nous contournerons ruses et pièges, nous combattrons démons et sortilèges, sans cris sans guerre mais sans dépit. Dans ce poème je ne peux pas concevoir de traduction autrement que poétique en respectant la rime et le nombre de pieds. Cela m’a valu beaucoup de temps et d’efforts, mais on m’écoute et on me comprend avec beaucoup d’engouement.

Kabyle.com : Dans vos chansons vous évoquez souvent la solidarité, la bravoure, la justice et la joie mais vous ne composez pas des chansons d’amour est ce un choix chez Nora At Brahim ?

Nora At Brahim : Oui c’est vrai, peut être j’ai une seule chanson où j’ai effleuré un peu la question pourtant je pense et je ressens comme tout le monde. Et bien peut être par urgence et par priorité par rapport à notre identité mais il viendra peut-être un moment où je m’empêcherai de le faire. (Sourire !!).

Kabyle.com : Vous aviez rendu un vibrant hommage à Hanifa en chantant une de ses chansons les plus aimées du public « Zzahr is d sa » entendez-vous par là un cri pour que la femme kabyle s’épanouisse dans la liberté ?

Nora At Brahim : Cette idée de rendre hommage à Hanifa m’a obnubilé l’esprit depuis toujours et l’opportunité fut tombée à pic avec ce rendez-vous international auquel j’ai eu l’honneur d’être conviée et sincèrement cela aurait frustrant si je n’avais pas entonné les foudroyantes paroles de Hanifa. Pourtant je n’aime pas trop chanter les chansons de nos grands artistes parce que nulle ne peut les perfectionner aussi bien qu’eux. Je noue un grand respect pour nos artistes et Hanifa représente pour moi la même place d’Edith Piaf où d’Oum Kalthoum, la différence est que ces deux dernières ont eu des enfants qui les ont portés très haut et nous les enfants de Hanifa qu’avons nous fait pour perpétuer son dévouement dans l’art ? Sur cette piste mon initiative à l’UNESCO se veut un modeste signe de respect envers notre grande artiste Hanifa !

 

Interview réalisée

par Hocine Nait Aissa

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site