echange de lien $(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

PIERRE BACHELET "ye ye les tambours"

YE YE LES TAMBOURS

En ce temps là je vivais

Comme un oiseau sur la branche

Devant les files de ciné

Je faisais la manche

C'était les copains d'abord

Et les premiers transistors

Sidney Bechet, Petite fleur

Les bleus sur le cœur

En ce temps là les trottoirs

C'était manif et guitare

Même que c'est toujours comme ça



En ce temps là j'avais vingt ans

Sur la télé en noir et blanc

On découvrait le rock and roll

Elvis Presley et les idoles

Fauteuils cassés dans tous les music halls

En ce temps là c'était Paris

C'était la guerre en Algérie

Dans les bistrots de la banlieue nord

On était pas toujours d'accord

Ira ou pas, d'accord ou pas d'accord



En ce temps là de ta vie

Tu rêvais d'avoir ton bac

Et de monter à Paris

T'inscrire à la fac

Et puis y avait le mois de mai

Qui préparait ses pavés

C'est là qu'on s'est rencontré

Mouchoir sur le nez

Le monde était à refaire

Et dans ta chambre à Nanterre

C'est justement c'qu'on a fait



En ce temps là j'avais vingt ans

Et toi t'en avais presque autant

T'avais un parfum de verveine

Et de grenades lacrymogènes

Et puis surtout tu m'prenais pour Verlaine

Alors soudain ça été nous

Comme un tonnerre un coup d'grisou

Y a vait plus qu'nous dans nos blousons

Y avait plus qu'nous dans nos chansons

Dans les discours, carrefour de l'Odéon

En ce temps là j'avais vingt ans

J'avais vingt ans pour très longtemps

L'amour chantait sa carmagnole

En descendant rue des Ecoles

Affiche d'une main, de l'autre le pot d'colle



En ce temps là j'avais vingt ans

J'avais vingt ans depuis longtemps

Ferré passait à la radio

C'était les vacances en deux chevaux

Et toutes les filles se prenaient pour Bardot

C'était la télé qui s'allume

Pour le premier pas sur la lune

En ce temps là c'était le rock

Mais on changeait déjà d'époque

Et les Beatles allaient se séparer

En ce temps là j'avais vingt ans

J'avais vingt ans éternellement

L'amour chantait sa carmagnole

En montant la rue des Ecoles

T'avais ta main posée sur mon épaule

 

PIERRE BACHELET 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site